•  balades avec les huskys
    en randonnée ou en trottinette
    ou avec le kart !

  • pour partager une activité
    en attendant la neige
    avec les chiens de traineau



La vallée des Merveilles

sorcierLe Mont Bégo est l'un des sites les plus importants d’art rupestre des Alpes.

Du point de vue quantité et qualité des gravures rupèstres, on ne trouve guère d’égal dans les autres vallées alpines.
Au Mont Bégo on a trouvé et compté jusquà 35.000 gravures.

GravuresIl a été souvent proposé que ces énormes concentrations de gravures étaient dûes à la présence de sanctuaires à ciel-ouvert, dédiés aux montagnes sacrées.
Cependant, si nous n’ignorons pas l’importance religieuse des ces gravures, nous ne devons pas oublier non plus qu’elles ont été relativement faciles à dessiner sur ces rochers de grès.
Donc nous devons déduire que la raison principale de ces grands nombres de gravures est dans la roche même.
La zone gravée de la région du Mont Bégo comprend surtout deux vallées: la "Vallée des Merveilles" et "Fontanalba" (fontaine blanche).

La plupart des gravures se trouvent dans le Parc National du Mercantour, une très belle région montagneuse qui s’élève jusqu’à 3000 m d’altitude, en France.
 Certaines gravures rupestres sont trouvées à plus de 2000 m d’altitude, jusqu’à 2500-2600 m. A cette altitude les rochers sont recouverts de neige entre octobre-novembre et juin. Quand ils ne sont plus recouverts de neige, les gravures montrent des couleurs très vives: rouge, vert, violet.

Histoire des recherches  

Les rochers gravés ont toujours été connus des habitants locaux, qui ont nommé cette région la "Vallée des Merveilles". Nous pouvons en trouver les premières descriptions écrites dans une lettre de 1460 de Pierre de Monfort (C'etatit lieu infernal avec que figures de diables et mille démones partout taillez en rochiers) et dans un guide de 1650 du niçois Pietro Gioffredo (I laghi su menzionati sono detti laghi delle Meraviglie perché nei loro pressi sono state rinvenute, e ciò è motivo di grande meraviglia nei visitatori, rocce di vari colori, quasi levigate, che portano incise un migliaio di figure- ces lacs sont nommés "Lacs de Merveilles" parce que l’on a trouvé près d’eux des rochers de couleurs variées, avec mille figures gravées; pour cette raison, les visiteurs ont été émerveillés.)
Le premier, et l’un des plus importants, chercheur fut Sir Clarence Bicknell, un botaniste anglais qui passa ses étés dans la région de 1897 jusquà 1918. Il y découvrit un millier de ces gravures et les documenta (par dessins et 16.000 frottis).

De 1927-1942 Carlo Conti fut chargé par la Surintendance Archéologique du Piémont d’étudier ces rochers. Il catalogua quelques 35.000 dessins, et excava l'abri "Gias del Ciari" (abri de la souris), et trouva des poteries de l’âge Néolithique Cardiale et aussi des petites lames de silex. Il divisa la région en 21 zones, en utilisant la numérotation romaine (I-XXI).

Depuis 1967, l’équipe du Prof. Henri de Lumley étudie la région et complète un travail énorme de documentation. 

Comment dater et interprêter

Dans la région du Mont Bégo nous pouvons trouver des gravures préhistoriques et historiques. Certaines sont piquetées et d’autres sont linéaires. Les gravures piquetées sont surtout préhistoriques, les gravures linéaires (créés facilement avec un couteau ou un outil poitu: prière de ne pas faire ceci!!) sont surtout historiques.

Il y a trois typologies principales dans les gravures piquetées préhistoriques: des figures à cornes (80% d’entre elles sont des figures bovines), des dessins d’armes (7.5% sont des poignards et des hallebardes), et des figures géométriques (12.5% sont en forme de carrés et figures "topographiques").
C’est l’opinion générale que les figures préhistoriques datent de l’Age du Bronze Ancien (1800-1500 av. J.-C.). Nous reconnaissons les représentations de poignards et hallebardes du Bronze Ancien gravées sur les rochers, mais il y a aussi quelques haches datant de l’Age du Cuivre.

La plupart des gravures géométriques datent certainement du premier Chalcolithique ou Néolithique Récent, fait démontré par une comparaison avec les figures identiques de la Valcamonica.

Donc la période préhistorique des gravures piquetées du Mont Bégo s’étend du Néolithique Recent jusqu’à l’Age du Bronze Ancien, en excluant l’Age du Fer. Cet Age, par contre, est représenté par la plupart des gravures de la Valcamonica. Nous pouvons donc supposer que, à cause du climat plus froid de l’Age de Fer, il n’eut pas été possible de graver dans les roches aux altitudes plus élevées et plus froides du Mont Bégo.
En ce qui concerne les thèmes des gravures, nous pouvons facilement distinguer entre les images inspirées par l’agriculture (dessins "topographiques", bovins, scènes de culture de la terre) et celles inspirées par la guerre (armes comme, par exemple, poignards et hallebardes).

Celles inspirées par l’agriculture semblent être les plus anciennes, souvent superposées par des poignards. En plus de l’influence de la culture pastorale et paysanne, il y avait peut-être aussi une intention rituelle ou religieuse dans les dessins, pas simplement pour illustrer la vie de tous les jours, mais surtout pour s'assurer les faveurs d'une "bonne-chance".

Merci bien à Andréa ARCA de www.rupestre.net

Gîte Le BEGO

06430 Saint Dalmas de Tende

logosherpamerveilles

Tél. 09 88 99 61 87  
Port. 06 88 53 90 46

 

à trop regarder la météo...on reste au bistrot !

visiteurs

Nous avons 17 invités et aucun membre en ligne

logo gites de france smalllogo mercantourlogo ancv-cheque-vacances
routard 2010

Chambre d'hôtes dans les Alpes-Maritimes